Fille de l’eau – Emmi Itäranta

Titre: Fille de l’eau

Auteur: Emmi Itäranta

couv8157260.jpg  web-200x300.png

Synopsis

Noria est encore adolescente quand, à la mort de son père, elle est nommée maître du thé de son village. Dans un monde qui tente de se relever d’une guerre qui a épuisé les réserves d’eau potable, la jeune fille est à présent garante des traditions d’un temps révolu et protectrice d’une source secrète que sa famille protège depuis toujours. Mais bientôt, les militaires de la Nouvelle Qian – le gouvernement qui régit la société – décident d’enquêter sur l’apparente abondance des ressources d’eau du village. Alors que l’eau se fait de plus en plus rare, Nora devra faire un choix : se battre ou coopérer?

 tampon-clear-arabesque

Mon avis

Un roman très curieux et difficile à classer. Mêlant du post-apocalyptique, des éléments de dystopie, de l’anticipation, je l’ai vu classé en littérature jeunesse, alors que pour moi, ce serait plutôt de la littérature adulte. Bon, parfois, c’est vraiment une question de sensibilité…

On se retrouve dans un futur sans date précise, dans lequel des guerres incessantes ont drastiquement réduit l’accès à l’eau potable pour les populations. L’eau est désormais contrôlée par l’armée, et quiconque tenterait d’en obtenir illégalement est passible de mort. C’est dans cet univers sombre qu’a été élevée Noria, 17 ans, dont le père est Maître de thé. Il dirige des cérémonies du thé, dans lesquelles l’eau a une importance centrale, mais dévoile rapidement à sa fille l’existence d’une source d’eau secrète dont ses fonctions lui ont également donné la charge.

Le livre est court (à peine 300 pages), c’est un one-shot (c’est rare, et ça fait du bien de lire autre chose que des sagas). L’écriture, précise et ciselée, n’est pas adressée à un public très jeune (pour moi en tout cas), et dénonce l’attitude dévastatrice des hommes vis-à-vis de leur environnement. C’est un roman dans lequel l’action est peu présente, c’est très descriptif, plein de poésie, limite contemplatif. Il ne se passe finalement pas grand-chose, mais ça n’empêche pas le lecteur d’être accroché et de vouloir savoir où nous emmène l’auteur.

J’aurais aimé savoir ce qui se passe après la fin du livre, mais le fait que ce soit une fin ouverte nous permet finalement d’imaginer ce qu’on veut et ce n’est peut-être pas plus mal. Noria m’a bien plu, c’est une héroïne courageuse qui sait ce qu’elle veut et campe sur ses positions, quoi qu’il puisse arriver.

En bref, c’est un roman un peu à part à l’univers intéressant, creusé juste ce qu’il faut, avec des zones d’ombres laissées à l’appréciation du lecteur. Pas un coup de cœur, mais une jolie découverte tout de même 🙂

En résumé: cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif

Publicités

2 réflexions sur “Fille de l’eau – Emmi Itäranta

Une petite bafouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s