Les chroniques de l’Armageddon (intégrale) – J.L. Bourne

Titre: Chroniques de l’Armageddon, intégrale

Auteur: J.L. Bourne

 chroniques de l'armageddon intégrale  j l bourne

Résumé

Tout a commencé en Chine, où un nouveau virus est apparu, plongeant le pays dans le chaos. Quelques semaines plus tard, l’infection fait son apparition sur le sol américain, puis dans le reste du monde. La pandémie semble impossible à contenir… Le nombre de victimes devient terrifiant et les gouvernements s’effondrent les uns après les autres, incapables d’arrêter la propagation. Mais le pire survient quelques jours après la mort : les victimes se relèvent et s’attaquent aux vivants pour les contaminer à leur tour. La fin du monde semble désormais inéluctable…

 tampon-clear-arabesque

Mon avis:

Tome 1: Celui-ci présente donc les débuts de cette apocalypse zombie autour de laquelle tourne toute l’histoire, sous forme de journal intime. (Si j’ai souvent lu des romans écrits sous cette forme, c’est assez rare qu’ils soient écrits par un personnage adulte plutôt qu’adolescent, j’ai trouvé ça intéressant).

J’ai lu pas mal de critiques qui trouvent le style de l’auteur trop simple: personnellement, ça ne m’a pas frappée, je le trouve au contraire très clair, vraiment pas infantilisant. J’ai eu l’impression par contre que ça manquait de souffle: si quelqu’un lisait le texte à voix haute, ce serait (je pense) très monocorde (notamment en raison de l’absence de dialogues).

Au niveau de l’intrigue, pour de la littérature zombie, c’est vrai que ça ne casse pas 3 pattes à un canard, on reste dans du très classique (une épidémie qui sort d’on ne sait où, qui tue pratiquement tout le monde en quelques semaines, comment les survivants américains vont-ils faire pour s’en sortir?) (On notera bien qu’encore une fois, ça se passe AUX ETATS-UNIS et pas ailleurs. Je n’ai encore jamais lu de livre de zombie qui se déroulerait dans un autre pays, je me demande bien pourquoi). Mais c’est très prenant malgré tout, et chaque survivant présente sa propre histoire; si le fond des histoires de zombie est toujours le même, chaque récit est différent. Par exemple, c’est la première fois que je lis un récit post-apocalyptique avec des séances dans des avions en vol. La scène de l’attaque de la tour aérienne ou du refuge sur une île, je n’avais jamais vu non plus (bon, je ne suis pas une grande référence en œuvres zombies).

Certains reprochent au livre son côté trop pro-américain: encore une fois, ça ne m’a pas particulièrement frappée, étant donné que le livre se passe aux Etats-Unis, si les personnages ont des armes, c’est normal. (C’est vrai qu’on peut se demander comment feraient les survivants d’une apocalypse zombie en France, sans flingues à disposition comme ça…?). Le fait que le narrateur (dont on ignore le nom) soit un militaire casse un peu le suspense (il sait tout faire, il pense à tout, il anticipe tout, on dirait qu’il avait été préparé à ça toute sa vie), mais l’auteur étant lui-même militaire, ça me paraît à nouveau normal. Quelque part, c’est un peu comme s’il avait rédigé le livre en considérant comment il réagirait lui-même dans ces situations.

Concernant les personnages, le fait d’être rédigé sous la forme d’un journal intime n’aide pas à se sentir proche de quiconque à part le narrateur. Ca ne gène pas le récit plus que ça, mais à la fin, on se rend compte qu’on ne sait pratiquement rien des quelques autres survivants (ils sont peu nombreux: John, le voisin du début qui nous suit durant tout le roman; William et Jan, un couple sauvé avec leur fille Laura, et Tara, une jeune fille également sauvée par John et le narrateur), peut-être seront-ils un peu plus développés dans le tome 2?

On note aussi un grand soin sur la forme, avec des fausses tâches / traces de doigts, des photos et des cartes insérées dans le récit pour le rendre plus immersif. J’avoue que les photos m’ont laissée un peu froide, car j’ai du mal à imaginer un mec se battant pour sa survie en territoire hostile qui prendrait des photos de son périple… en plus, tout à toujours l’air à la fois vide et très propre sur lesdites photos (pas de trace des zombies ou de combats), du coup, si c’était une bonne idée, je la trouve assez mal exploitée. (En revanche, les fausses tâches, les cartes et autres dessins, c’est bien ^^).

En bref, une histoire de zombies assez classique sur le fond mais plutôt innovante sur la forme, très agréable à lire.

•••

Tome 2 (Exil): Dans la droite lignée du premier tome, cet opus reprend exactement les mêmes codes pour nous raconter la suite de l’histoire du narrateur (qu’on appellera Kilroy). Du coup, ce qui était bon dans le premier reste bon, et ce qui me déplaisait un peu est également retrouvé (l’absence d’empathie pour les personnages qui entourent le narrateur ou encore les photos un peu inutiles).

Dans la majorité du premier tome, le narrateur était très seul, uniquement accompagné de John, et trouvait quelques compagnons vers la fin du livre. Ici, on commence au sein d’un petit groupe qui grandit très vite jusqu’à devenir un bastion de l’armée, et les quelques personnages du premier tome sont relégués au second plan, j’ai trouvé ça dommage. L’aspect très militaire du début de cet opus m’a un peu gênée car c’est un univers qui ne me parle pas particulièrement… mais le héros se retrouve finalement seul à nouveau pendant une longue partie et j’ai préféré ces passages de survie pure.

•••

Tome 2 (Opération zombie): Je ne sais pas trop comment chroniquer ce livre, qui me semble contenir autant de bon que de mauvais. 

D’abord, dans les bons points, on peut noter que comme l’action n’est plus dépeinte par l’intermédiaire d’un journal intime, il n’y a plus de photos ou d’ajouts d’images qui n’apportaient rien à l’histoire (d’un point de vue éditorial, c’était une bonne idée, mais je trouvais ça assez mal exploité). Ensuite, à nouveau à cause du changement de format, là où la narration était assez plate dans les deux premiers tomes (pas de dialogues, rythme constant et assez lent), ici, le fait de se retrouver avec une trame plus classique redonne du peps et du rythme à l’histoire, il y a des dialogues, ça bouge plus. J’ai apprécié de pouvoir « regarder » Kilroy de l’extérieur au lieu d’être constamment dans sa tête: ça donne une certaine perspective au personnage. Cela dit, j’étais contente durant les quelques passages extraits de son journal, ça permet de faire le lien avec les deux tomes précédents. J’ai aussi beaucoup apprécié d’en découvrir plus sur le personnage de Saien, qui m’a bien plu. De façon générale, les passages avec les survivants qu’on connaissait déjà (Jan, Tara, John…) sont mes préférés, j’étais contente de pouvoir suivre leur évolution.

Au niveau des points plus négatifs, je n’ai pas aimé (mais c’était déjà dans le tome 2) me retrouver plongée au coeur d’une intrigue essentiellement militaire. C’est vraiment un univers très masculin auquel je n’adhère pas. De plus, si dans le premier tome il n’y avait (en gros) que deux personnages, ici, il y en a beaucoup trop. Je trouve que l’auteur s’est trop éparpillé, à voulu évoquer trop de survivants, et non seulement on s’y perd (sauf ceux qu’on connaissait déjà), mais ça ralentit l’intrigue (je sais, je me contredis un peu avec ce que je disais sur le rythme plus rapide ici): je pensais que l’essentiel de l’histoire se déroulerait en Chine a essayer de dégoter le patient zéro, alors qu’en fait, ils n’arrivent en Chine que 50 pages avant la fin! et les scènes avec les personnages connus de l’Hôtel 23 sont trop rares (puisqu’il faut parler de beaucoup d’autres nouveaux personnages) alors que ce sont les plus intéressantes… de nombreuses sous-intrigues ou personnages n’étaient pour moi pas nécessaires. La seule partie concernant des nouveaux personnages qui m’a bien parlé, c’est celle qui concernait la base en Arctique, et je regrette de ne pas savoir ce qu’ils sont devenus.

•••

En résumé, une trilogie en demi teinte, avec de bonnes idées et un univers post-apocalyptique bien amené et bien abouti, mais avec un manque de rythme dans la première moitié de la trilogie et une seconde moitié plutôt déséquilibrée au niveau de l’intrigue.

En résumécloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif

Publicités

Une petite bafouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s