Les faucheurs sont des anges – Alden Bell

Titre: Les faucheurs sont les anges

Auteur: Alden Bell

les faucheurs sont des anges  Alden Bell

Résumé

Temple n’a aucun souvenir du monde avant la chute. Du monde avant les zombies, avant les camps de survivants, avant les plaines de suie où tombent les vivants et se lèvent les morts. Temple a quinze ans, mais le temps de l’innocence est depuis longtemps révolu. Seule face à la nature, à ses miracles et à sa sauvagerie, elle est pourtant décidée à profiter de ce que la vie peut encore lui offrir, et à découvrir ce que dissimule l’horizon. Et derrière cette adolescente au coeur simple et dur, habitée par le désir d’être juste, se profile l’ombre de l’homme qui a juré de la tuer.

 tampon-clear-arabesque

Mon avis:

Un roman post-apocalyptique très particulier. 

On ne sait pas bien ce qui s’est passé, mais 25 ans plus tôt, les morts se sont relevés et ont colonisé le monde, en dévorant les vivants. Si lesdits vivants sont juste mordus (et pas complètement dévorés), ils se transforment en zombies à leur tour, qu’on appelle les « limaces ». L’auteur n’explique presque rien de cette période, et on en sait très peu sur le pourquoi du comment.

L’héroïne n’a que 15 ans et est donc née dans ce monde rempli de zombies, elle n’a jamais rien connu d’autre. Les zombies sont bien sûr dangereux, puisque la moindre morsure peut vous transformer, mais la population est désormais tellement réduite que les morts-vivants n’ont pratiquement rien à manger et ils peuvent rester sans se nourrir pendant de très longues périodes, ce qui les affaiblit beaucoup et les rend moins dangereux, presque amorphes.

L’histoire démarre dans un phare, où Temple a trouvé refuge, jusqu’à ce que l’arrivée d’une « limace » la fasse déménager. Elle repart alors sur les routes et trouve refuge dans une communauté humaine d’environ 700 personnes, où un sale type tente de la violer. Elle le tue et s’enfuie, se sachant poursuivie par le frère de l’homme qu’elle vient de tuer, et qui veut sa peau. En chemin, elle « ramasse » un simple d’esprit, qui porte sur lui un papier qu’elle ne peut pas lire (personne ne lui ayant jamais appris). Elle trouve un nouvel abri dans une maison encore habitée par une famille et des domestiques, comme si l’apocalypse n’avait jamais eu lieu; et c’est là qu’arrive le premier élément de l’histoire que je trouve perturbant. Dans cette fameuse maison, la grand-mère évoque ses petits-fils, et leur père (son fils) qui serait malade. On rencontre très vite les petits-fils mais pas leur père, qu’on suppose trop malade pour sortir de sa chambre. Et finalement, l’un des petits-fils emmène Temple voir son père, qui est en fait un zombie qu’ils ont gardé enfermé dans une cage… L’aveuglement de la grand-mère et le fait de garder le père-zombie enfermé dans une cage m’a fait un drôle d’effet. Je peux comprendre qu’on n’arrive pas à tuer le zombie qui a été notre père/fils, mais pourquoi le garder là en le nourrissant à peine? Ca m’a semblé très cruel.

Ensuite, Temple poursuit son voyage dans l’optique d’amener le simple d’esprit qu’elle a trouvé dans sa famille (après avoir réussi à traduire le fameux papier). En chemin, et toujours poursuivie par le frère de l’homme qu’elle a tué, elle rencontre une famille très spéciale, c’est le deuxième point du roman qui m’a titillée: une famille de géants, dont les membres sont recouverts d’os par dessus leur peau (pourtant l’apocalypse n’a pas créé de mutants, donc au début on ne comprend pas)… on finit par comprendre qu’ils sont accros à une substance qui modifie leur physique, et ladite substance s’avère être un sérum qu’ils fabriquent à partir des zombies eux-mêmes! (beurk).

On en apprend un peu plus sur le passé de Temple au fur et à mesure du roman; l’auteur a une écriture très particulière,et ce qui m’a le plus marquée, c’est l’absence de tirets pour prévenir des dialogues. Ce n’est pas grand chose, mais ça m’a frappée tout au long du livre. L’écriture est très clinique, presque froide, pas de sentiments. 

Le roman n’est pas très long, il se lit vite, je ne vais pas dévoiler la fin mais il m’a perturbée, ce livre. Impossible de dire si j’ai aimé ou pas. A lire pour se forger sa propre opinion.

En résumé: dtrtrt.gif

Publicités

Une petite bafouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s