After – Anna Todd

Titre: After (saison 1)

Auteur: Anna Todd

after 1  anna todd

Synopsis:

Tessa est une fille gentille avec un adorable petit ami, Noah. Elle est décidée, ambitieuse et sa mère veille à ce que cela continue. Mais elle vient à peine de s’installer dans son dortoir d’étudiante qu’elle se heurte à Hardin. Avec ses cheveux châtains ébouriffés, son accent anglais, ses tatouages et son piercing sur la lèvre, Hardin est vraiment mignon et différent des garçons qu’elle connaît. Mais il est aussi grossier, voire violent et Tessa devrait donc le détester… Ce qu’elle fait, jusqu’au jour où elle se retrouve seule avec lui. Quelque chose du caractère sombre d’Hardin l’attire et leur baiser fait naître en elle une passion jusqu’alors inconnue. Il lui dit qu’elle est belle, qu’il n’est pas un garçon pour elle et il disparait, et ce à plusieurs reprises. Malgré la façon dont il la traite, Tessa va chercher au plus profond d’Hardin et derrière ses mensonges qui il est réellement. Plus il la repousse et plus Tessa sera entraînée plus près du gouffre. Tessa a déjà un petit ami parfait. Alors pourquoi fait-elle tant d’efforts pour surmonter sa fierté blessée et les ravages qu’Hardin fait à de belles filles comme elle ? À moins que… ce ne soit ça l’amour ?

tampon-clear-arabesque

Mon avis:

Je dois bien admettre (et c’est un vrai plaisir coupable) que je n’ai pas réussi à lâcher ce livre avant la fin. Comme les autres. Bouh, je suis faible.

Parcequ’il faut bien l’avouer, ce n’est pas de la grande littérature. C’est très simple à lire, et mis à part les multiples rebondissements et autres « je t’aime / moi non plus » entre Tessa et Hardin, rien n’est creusé, l’intrigue finalement très plate, mais c’est une romance érotique (encore que) et on ne lui demande rien d’autre que d’être divertissante, finalement. Et elle l’est.

On ne peut s’empêcher de fantasmer sur Hardin (moi qui ai beaucoup de mal avec les piercings et les tatouages), malgré son aptitude remarquable à souffler le chaud et le froid (on lui foutrait des baffes, sérieusement!). Il y a eu un petit passage où leurs engueulades incessantes ont presque fini par me lasser (j’avais envie de dire à Tessa « bon, arrête les frais maintenant », mais comme elle, je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir envie de revoir Hardin), et finalement, leur relation s’est stabilisée à peu près à ce moment-là et j’ai fini ma lecture sans problème.

Je vois partout que c’est « addictif », alors je ne vais pas réutiliser cet adjectif, parce qu’à force de lire ça, je n’en peux plus, mais c’est vrai que la simplicité du style d’Anna Todd fait que le livre est très facile à lire. Si on accroche un minimum aux personnages, on a effectivement du mal à lâcher le bouquin, on enchaîne les chapitres sans s’en rendre compte. Vu la petite taille desdits chapitres et le rythme soutenu (il se passe toujours quelque chose), on ne voit pas passer les 600 pages. J’avoue ne pas bien voir de quoi vont pouvoir parler les 4 pavés suivants (parce qu’ils sont vraiment gros pour des romans de ce style, c’est inhabituel), mais c’est évident que je vais les lire.

Au niveau des personnages, je suis curieuse justement de lire le tome 2 puisqu’on va alterner avec son point de vue. Tessa est, au début du livre, l’archétype même de la petite fille coincée, qui ne boit pas, qui ne fume pas, qui est contre le sexe avant le mariage, qui a des bonnes notes à l’école… bref, une caricature, je vous dis. (Et pourtant, je pense que certaines personnes de mon entourage doivent me percevoir un peu comme ça, sur le côté « coincée-qui-n’aime-pas-les-soirées », qui ne boit pas et ne fume pas.. mais je trouve vraiment son caractère poussé à l’extrême. Chez moi, c’est quelque chose que j’ai toujours essayé de cacher (sachant les jugements qu’on se récupère quand les gens apprennent qu’on ne boit pas, par exemple), alors que Tessa revendique fièrement tout ça, s’habille avec des jupes plissées sans voir le problème..). C’est évident dès le départ qu’elle va évoluer pendant la saga et qu’elle ne peut pas rester cette gamine coincée. Et c’est vrai qu’elle évolue assez vite, se met à boire si la situation le demande, ne semble pas du tout effarouchée à l’idée de coucher avec Hardin, s’achète des nouveaux (sous) vêtements… mais justement, c’est peut-être un peu trop d’un coup. Si, au début du livre, j’avais l’impression qu’elle avait 15 ans dans sa tête, à la fin du tome, je lui en aurait donné 25. La faire évoluer était normal, mais là, je trouve qu’elle devient beaucoup trop femme, trop mûre pour ses 18 ans. Son stage en maison d’édition, c’est vraiment parce que c’est un livre, parce que des stages comme ça à 18 ans, en premier semestre de fac, je ne pense pas que ça soit possible d’en trouver… Mais globalement, mis à part les 100 premières pages où elle fait vraiment trop « cruche », j’ai beaucoup aimé son caractère, elle ne se laisse pas faire et s’affirme.

La partie pendant laquelle Tessa hésite entre Noah et Hardin m’a beaucoup peinée pour Noah. Bien sûr, il n’a pas l’air bien folichon ce garçon, mais il ne mérite pas non plus qu’elle se serve de lui comme elle le fait (elle en a conscience, en plus, puisqu’elle reconnait rester avec lui pour ne pas se retrouver seule même si c’est avec Hardin qu’elle a envie d’être), je trouvais ça horrible. La mère de Tessa est juste hallucinante de préjugés et j’ai beaucoup aimé que Tessa lui tienne tête.

J’ai lu que certains trouvaient qu’il y avait trop de scènes de sexe. Je pense qu’il s’agit de gens qui n’ont jamais lu de « vrais » livres érotiques, parce que clairement, ici, il y en a très peu (surtout vu la taille du livre!). Pendant presque 400 pages, on a droit à 2 ou 3 scènes de préliminaires, mais rien de plus, et le sexe est vraiment loin de prendre toute la place ici. Je trouve que c’est beaucoup plus réaliste de ce côté-là qu’avec d’autres sagas type Fifty shades, où on a l’impression qu’ils ne s’arrêtent jamais (c’est à vous refiler des complexes!), alors que là, leur relation est beaucoup plus étoffée que les scènes érotiques, et c’est plus crédible! C’est le juste milieu entre ces sagas érotiques où le sexe prend toute la place, et les sagas dans lesquelles il ne se passe rien pour ne pas choquer les jeunes lecteurs!

Quant à la fin dont tout le monde parle, j’avoue que 30 pages avant l’épilogue, je ne voyais toujours rien, je me disais « mais c’est quoi cette fin dont tout le monde parle? ». Et puis j’ai lu. Et à la fois j’étais horrifiée pour Tessa, et à la fois ça n’a fait que confirmer quelque chose dont j’ai moi même toujours eu peur (je vous le dis, il y a pas mal de Tessa en moi), j’en parle même régulièrement avec mon copain dans mes moments de doute, où je me dis « mais c’est pas possible, tu ne peux pas vraiment être avec moi, y’a un truc, c’est un pari ou quoi?! » ^^ (il faudrait que je lui fasse lire d’ailleurs), tout en voyant clairement qu’Hardin aime Tessa pour de bon, je suis vraiment pressée de lire la suite!

En bref, malgré des personnages un peu trop caricaturaux, l’écriture incroyablement fluide et simple de l’auteur ainsi que le rythme qu’elle a su insuffler à son histoire en font une saga romantico-érotique à lire! 

En résumécloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif   cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif   cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif

Publicités

15 réflexions sur “After – Anna Todd

    • J’ai lancé une LC sur Livraddict pour le 2 à lire d’ici fin juin mais je pense le lire bien avant 🙂
      différent en quoi..? J’ai lu que les 2 et 3 étaient moins bien et que les 4 et 5 étaient mieux.. affaire à suivre 🙂

      J'aime

Une petite bafouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s